main sur le nez d'un cheval
Interview "Cheval Passion"

Comportementaliste Équin : un autre Regard sur le Cheval et le Cavalier

Comportementaliste équin…mais qu’est-ce que c’est ?

Dans la multitude de “nouveaux” métiers qui apparaissent en lien avec le bien-être du cheval, celui de comportementaliste équin nous a particulièrement interpellé.

C’est pourquoi nous avons eu envie d’en savoir plus.

L’Astucerie de l’Écurie vous emmène à la rencontre de Michèle Alvergnat, comportementaliste et éthologue en renforcement positif auprès des chevaux.

Une rencontre très instructive et enrichissante où l’on a découvert une façon de coopérer avec le cheval pleine de bon sens, de bienveillance et de respect de l’équidé.

Prêt à découvrir ce métier pas comme les autres ? Suivez-nous, c’est par ici :

Michèle, peux-tu te présenter rapidement :

Michèle Alvergnat, comportementaliste équin avec sa jument

À l’origine, je suis masseuse équin, mais ce métier ne m’apportait plus l’épanouissement que j’attendais. J’avais envie de changement, et surtout d’une autre vision du cheval.

Je suis aussi évidemment cavalière. Une cavalière dite « classique » et je monte régulièrement en compétition de CSO. Là encore, j’avais l’impression d’être arrivée « au bout » de ma vision de cette équitation et de stagner.

J’ai donc décidé d’intégrer la formation Equitalliance de Coralie Fournier. C’est une formation longue et complète. J’ai obtenu une certification à l’issue (en janvier 2021) et depuis je suis même devenue formatrice dans ce centre.

Nous avons eu une instruction complète de l’éthologie en renforcement positif et comportement opérant, communication animale ainsi que l’énergétique.

Que fais-tu maintenant en tant que comportementaliste ?

Aujourd’hui, je suis comportementaliste équin. C’est mon métier. J’ai pour but de travailler sur le bien-être du cheval et par extension de son cavalier. L’idée est de changer les émotions en les transformant en émotions positives.

C’est hyper grisant d’aider le couple et de voir les changements en quelques séances seulement.

Cela passe par toutes sortes de missions comme le débourrage d’un jeune cheval en renforcement positif. Ou encore l’aide à l’embarquement en van pour les chevaux qui ont une appréhension.

Je travaille avec les cavaliers qui m’en font la demande en mettant un programme complet et suivi en place. Je me déplace dans l’Ain, l’Isère et les deux Savoie. (Découvrez son activité sur Facebook)

Comment travailles-tu concrètement avec les chevaux ?

J’utilise principalement le clicker.

L’idée est de cliquer à chaque fois que le cheval fait ce que j’attends. Si l’action n’est pas la bonne, je ne clique pas.

Par exemple, si le cheval ne bouge pas au montoir, je clique et je récompense. Il va donc associer le bruit à une bonne habitude. S’il bouge, je ne clique pas.

clicker pour le dressage des chevaux

Ainsi, on leur apprend autrement, en s’amusant et c’est comme ça qu’on désamorce les mauvaises habitudes.

Je dis en s’amusant, car les chevaux adorent cette technique. Il vont tenter différentes choses jusqu’à comprendre quelle est celle que son cavalier attend.

On peut faire cela à pied comme à cheval.

Tu as dit que tu travaillais aussi sur le cavalier...

C’est vrai. Et on ne va pas se mentir, certaines « mauvaises » habitudes du cheval sont induites par son propriétaire.

Je propose donc un accompagnement personnalisé.

Il s’agit de travailler sur les blocages de l’humain, la gestion des émotions et la confiance en soi. Là aussi, on désamorce les acquis limitants.

Témoignage de Simon, cavalier et stagiaire dans une écurie de commerce

cheval dans la neige avec couverture et cavalier

Simon est un jeune cavalier qui a connu une période délicate de démotivation.

Situation de départ : “Je ne prenais plus de plaisir à cheval à cause de mon épuisement physique et mental. Je m’épuisais dans mon travail aux écuries notamment par manque d’organisation. Le manque de confiance a pris le dessus et je ne voyais plus rien de positif dans ma pratique de l’équitation.

J’ai accepté de me faire aider par Michèle et nous avons commencé par des séances centrées sur moi. Le but étant de retrouver une vision positive de moi-même.

Les exercices proposés m’ont permis de visualiser mes blocages pour arriver à les dissocier de moi. C’est-à-dire que ce n’était plus MON problème, mais juste un fait indépendant de moi.

Michèle m’a aussi donné des astuces pour m’organiser et mieux gérer mon travail afin de ne plus m’épuiser.

Il y avait aussi des exercices à faire chez moi et des petits objectifs à réaliser. L’un d’entre eux était de participer à une épreuve club de dressage  .

Puis, nous avons travaillé avec mon cheval avec l’aide du clicker. Lui non plus ne trouvait plus de motivation ni de plaisir.

Avec des exercices à pied et à cheval, nous avons aujourd’hui retrouvé une envie de bien faire, un plaisir mutuel et nous avons rempli nos premiers objectifs…et tout ça, en seulement quelques semaines“.

À vous de jouer !

On espère que vous avez découvert un peu plus le métier de comportementaliste équin. Si cet article vous a plus, partagez-les avec vos amis cavaliers et rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux :

LAISSER UNE RÉPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.